La chute de cheveux chez l'homme




 
La perte de cheveux, ou calvitie, est un phénomène courant chez l'homme. Pour 90% des hommes, elle constitue même la première des préoccupations, entre atteinte à l'égo et crainte de perdre leur sex appeal. Etat des lieux de ce que l'on appelle aussi l'alopécie androgénétique. 
 

Evolution par stades

La calvitie se caractérise par une chute progressive des cheveux, qui commence généralement par le front, « les golfes » ou le haut du crâne. Elle est liée à un excès d’hormones mâles, les androgènes, et évolue par stades. Il s’agit de classification d’Hamilton
Stade 1: Pousse normale des cheveux

Stade 2 : Apparition d'un début de calvitie sur la partie frontale du cuir chevelu.

Stade 3 : Creusement des golfes

Stade 4 : Progression jusqu'à la pointe du crâne pour certains, ou, pour d'autres, les cheveux partent en masse et atteignent le sommet du crâne.

Stade 5 : Calvitie bien installée et il y a plus de zone sans cheveux que de zone avec cheveux.

Stade 6 : Sommet du crâne complètement lisse et seuls les côtés de la tête ont encore des cheveux. Aspect de tonsure.

Stade 7 : Calvitie installée de manière définitive et il n'y a quasiment plus de cheveux hormis les couronnes basses.

Les origines de la calvitie

Les origines de l'alopécie androgénétique sont, comme son nom l'indique, génétiques et aux hormones androgènes (mâles). Elle évolue avec l'âge et généralement si elle apparaît au début de l'âge adulte, elle sera d'autant plus sévère. 25% des hommes de 25 ans sont concernés, 40% des hommes de 40 ans et un quinquagénaire sur deux. La calvitie concerne aussi plutôt les hommes d'origine caucasienne.

La perturbation des phases du cycle de pousse

Afin de mieux comprendre ce qui se passe en cas de calvitie, il faut savoir que le cycle de pousse du cheveu suit plusieurs phases: il y a d'abord la phase anagène (croissance) qui dure de 2 à 7 ans, suivie d'une phase catagène (régression) d'une à deux semaines, avant d'être en phase télogène (repos) sur 5 semaines. En cas d’alopécie androgénétique, la durée de la phase anagène diminue progressivement, alors que celle de la phase télogène augmente. En cause, la dihydrotestostérone (DHT), une hormone mâle dérivée de la testostérone, qui accélère le cycle de croissance des cheveux en agissant sur les follicules pileux. Les cheveux poussent moins longtemps, tombent plus vite, et au bout de 25 cycles de chute et de repousse environ, le follicule s'épuise. Il produit alors un cheveu fin, de type duvet, voire plus de cheveu du tout.

L'importance du facteur génétique

Toutes les zones du crâne n’ont pas la même sensibilité à la DHT chez l'homme: les golfes temporaux et le sommet du crâne possèdent plus de « récepteurs » à cette hormone, si bien que ce sont eux qui sont affectés en premier. À terme, tout le crâne peut être atteint, à l'exception d'une couronne de cheveux (où les cellules sont insensibles à la DHT), qui persiste toute la vie.

Si tous les hommes ne sont pas touchés de la même manière, c’est aussi parce que la sensibilité à la DHT est en partie génétique. On est encore loin de connaître tous les gènes impliqués dans l’alopécie et comme certains se transmettent par la mère et d’autres par le père, il n’est pas obligatoire qu’un garçon devienne chauve si son père l’est !

 

Peut-on lutter contre la calvitie?

La première des précautions en début d'alopécie, est de prendre soin de son cuir chevelu, en utilisant un shampoing doux par exemple. Egalement conseillés, les massages crâniens stimulent le cuir chevelu. Les shampoings anti-perte de cheveux n'ont pas d'effets contre la calvitie, ils contribuent uniquement au traitement du psoriasis et de la séborrhée.

L'alimentation joue un rôle important dans la calvitie: une alimentation trop grasse accélère son apparition. Une alimentation équilibrée comble en revanche leurs besoins en cuivre, zinc, fer, silicium et vitamines. Par ailleurs, une bonne hygiène de vie est bien évidemment conseillée.

Enfin, pour pallier au manque de minéraux, certains compléments alimentaires peuvent fortifier les cheveux et ralentir leur chute. 

Certains médicaments peuvent être préconisés mais pour qu’ils soient efficaces il est nécessaire de ne pas avoir dépassé le stade 5: lotions capillaires à base de minoxidil ou comprimés de finastéride. Ils ont pour principale propriété le ralentissement de la chute de cheveux.

Très coûteuse et longue, la chirurgie consiste à implanter des cellules souches issues de cheveux sains dans le cuir chevelu.

La question de l'intérêt de cette lutte contre la calvitie doit se poser: la perte de cheveux est elle synonyme de perte de virilité ou de beauté? Est-il possible de vivre en étant bien dans sa peau en ayant moins de cheveux sur la tête? Selon la réponse, vous pourrez choisir de lutter ou de l'assumer.